Le réseau Coral

Publié le par Le Palais Des Clowns

Source : morkhoven.droitfondamental.eu

 

Dirigé par Claude Sigala, figurant sur les listes des réseaux Cries, Spartacus et Zandvoort, le Coral était part d'un "collectif réseau alternatif" de 34 communautés pour enfants handicapés. En 1979, un enfant de 11 ans est retrouvé la tête noyée dans un seau d’eau dont l’autopsie révélera qu’il a été sodomisé. En 1982, Jean-Claude Krief expose un réseau de 340 personnalités dans le monde politique, artistique et journalistique, qui se rendent au Coral et abusent des enfants. Il identifie sur une photo, un magistrat déculotté, en compagnie d'un garçon de 11 ans, qui sera retrouvée dans le fichier Zandvoort. Depuis, les mis en cause dans le réseau Coral apparaissent à la source de la fabrication médiatique de toutes les coqueluches de la protection de l'enfance en France et du sabotage judiciaire de tous les scandales de pédophilie.

 

Le dossier « Coral »

Extrait du colloque du 21 octobre 2000. source: Comité Blancs

 

Parmi les membres français du CRIES, répertoriés en Belgique, on retrouve aussi Claude Sigala, président du CORAL, un « collectif réseau alternatif » qui dirige 34 communautés pour enfants légèrement handicapés. Le Coral est, en 1982, au centre d’un scandale concernant des abus d’enfants, notamment l’assassinat d’un enfant de 11 ans retrouvé la tête dans un seau d’eau dont l’autopsie révélera qu’il a été sodomisé.

Parmi les visiteurs du Coral, on relève des personnalités connues dont certaines ne cachaient pas leurs moeurs pédophiles, comme Gabriel Matzneff. D’autres noms d’abuseurs, parmi lesquels un photographe belge, sont cités par un ancien éducateur. Des noms qui ont fait trembler le juge Salzmann, après une campagne médiatique en faveur, non pas des victimes, mais des inculpés, et une pétition sur laquelle
figurent les signatures de l’intelligentsia habituelle…

Les 8 inculpés, condamnés à des peines de prison en 1986, ont tous vu leur peine assortie de sursis par la cour d’Appel un an plus tard… L’association « Coral » s’est reconstituée en 1992. Or lors de la saisie de documents dans un local appartenant au Préfet Prouteau qui fut le chef de la célèbre « cellule des écoutes de l’Elysée », le juge découvre 2 dossiers « Coral ballets bleus » et « Coral 82 ».

Le capitaine Paul Barril, son subordonné déclarera en audience publique le 29 avril 97 : « Je me rappelle qu’on nous avait alerté pour stopper l’enquête sur le réseau pédophile « Coral » à cause des personnalités mises en cause ». Si l’on en croit certains témoignages il y avait en effet de quoi ébranler le pouvoir… ..

La seule personne condamnée suite à la dénonciation de ce réseau, Willy Marceau, qui figure lui aussi sur la liste belge du Cries, nous intéresse parce qu’il dénonce une secte sataniste qui torture des enfants, l’Alliance Kripten, dont une victime parle de séances avec des belges à Forchies- la -Marche près de Charleroi… fin 88 et fin 92.

Et, comme quoi l’internationale pédophile est bien organisée de longue date : il y a aussi une photo du Coral sur le CD Rom de Zandvoort.

Publié dans Moeurs

Commenter cet article